Emmanuel BEX
Compositeur, pianiste, organiste Hammond B3


Emmanuel Bex naît à Caen en 1959, dans une famille de musiciens. Son père et son grand-père sont pianistes, sa mère professeur de solfège.
À huit ans, il entre au Conservatoire de Caen (où enseignent ses parents), dont il ressort avec de nombreux prix dans différentes disciplines : 1er prix de piano, 1er prix de basson et 1er prix de musique de chambre.
Elève au Conservatoire de Paris, il étudie l’écriture musicale de 1973 à 1976, et remporte à l’issue de ses études le 1er prix de solfège spécialisé, d’harmonie et d’analyse musicale. De retour à Caen, il se passionne pour le jazz après avoir entendu Relaxin' de Miles Davis et remplace le pianiste Bibi Louison dans un trio local.
En 1977, alors qu’il est accompagnateur au conservatoire de Bordeaux, il rencontre
Bernard Lubat, multi-instrumentiste inclassable et agitateur d’idées : « Je dois beaucoup à Bernard Lubat … deux années à désapprendre… et son sens de la démesure, dont je garde toujours des séquelles irrémédiablement … créatives. ».

En 1982, après avoir entendu et rencontré l’organiste Eddy Louiss, Emmanuel Bex achète son premier orgue Hammond B3, qui devient alors son principal instrument. Il en joue avec des musiciens africains et des bluesmen, avant de former un duo en compagnie du percussionniste Xavier Jouvelet, qui va tourner en Europe pendant cinq ans avec le spectacle de Ciné-Concert
Bex et Jouvelet contre King- Kong.

Emmanuel Bex reçoit le Prix de Composition de la Sacem en 1984 pour Le Rayon Vert, un spectacle qui associe la musique, le texte et l’image autour de l’oeuvre de Jules Verne. De 1986 à 1988, il joue et enregistre en trio avec le violoniste Jean-Luc Pino et le batteur Yves Teslar tout en occupant un poste de professeur de piano au CIM, célèbre école de jazz parisienne. Il enregistre Triple idiome avec son trio et collabore à la Bande à Badault, orchestre fondé par le pianiste Denis Badault.
Au début des années 1990 il se produit sur scène et enregistre avec Turk Mauro, Barney Wilen et en trio avec Gérard Marais et Aldo Romano (Poissons nageurs paraît chez Bleu Citron en 1992).

A cette époque, il crée le
Bex’tet, un quintet qui révèle ses talents de leader et de compositeur, avec qui il enregistre trois albums (Enfance en 1991, Organique en 1993 et Rouge et or en 1995, qui reçoit un « Choc de l’Année » Jazzman). Le saxophoniste anglais Ronnie Scott les rencontre au Pan Jazz Festival de Trinidad et les invite dans son célèbre club de Londres. Dans le même temps l'Académie du jazz lui décerne en 1995 le prix Django Reinhardt.
Les enregistrements et les tournées internationales se succèdent, en compagnie de Babik Reinhardt, Christian Escoudé, Gordon Beck, Claude Barthélemy, Marcel Azzola, Biréli Lagrène, André Ceccarelli, Sylvain Beuf, Michel Graillier, Aldo Romano…
Emmanuel Bex choisit ensuite de marier les sonorités de l’orgue Hammond et du steel drum (instrument de percussion métallique originaire de Trinidad) avec la grande formation
Steel Bex qui regroupe un quintet de jazz et un steel band et dont l'album sort en 1997 à l'occasion du festival Jazz sous les pommiers de Coutances.

À la fin des années 1990, il réalise un album axé sur trois trios de haute tenue : avec Biréli Lagrène et André Ceccarelli, Claude Barthélemy et Stéphane Huchard, Philip Catherine et Aldo Romano. Le trio Bex-Catherine-Romano se produit ainsi durant plusieurs années à travers toute l’Europe.
La fin du siècle dernier voit la création d’un trio devenu mythique :
B.F.G. avec Glenn Ferris au trombone et Simon Goubert à la batterie, qui publie un album très largement récompensé (Grand prix de l’Académie Charles-Cros, « Choc de l’année » Jazzman, Prix Boris Vian de l’Académie de jazz, Django d’Or 2002 dans la catégorie Meilleure formation de l’année…).

En 2004, Emmanuel Bex reçoit le Django d’Or du Musicien de l’année, et publie dans le même temps l’album Conversing with melody, initiant une série de concerts avec de nombreux invités tels que Steve Shehan, Aldo Romano, Michel Portal ou Didier Malherbe.
L’année 2006 est marquée par la publication d’
OrganSong avec la diva brésilienne Mônica Passos, qui va donner lieu à de nombreux concerts à travers le monde, parfois en compagnie de l’organiste Rhoda Scott. L’année d’après, Emmanuel Bex compose Esperanto Cantabile, concerto pour orgue Hammond et orchestre symphonique. La création a lieu au Palais des Congrès du Mans pour l’Europa Djazz Festival dans le cadre d’une soirée qui lui est consacrée (pour laquelle il invite Rhoda Scott et Mônica Passos), suivie d’une représentation à la salle Gaveau puis au Zénith de Caen.

En 2009, l’organiste monte un nouveau trio avec le batteur Simon Goubert et le saxophoniste-clarinettiste Francesco Bearzatti, sous le nom d’
Open Gate trio. Très bien accueilli par la critique, l’album paru la même année propose douze titres gorgés d’énergie pure, de mélodies débridées et de folie rythmique. Ce trio qui effectue de très nombreux concerts devient le socle de tous les futurs projets d’Emmanuel Bex.

2010 , il participe à de nombreux projets avec André Minvielle, Stéphane Huchard, Géraldine Laurent ou Olivier Ker Ourio.

Compositeur inspiré, il livre en 2011
Requiem en Couleurs, grande pièce pour trio de jazz et choeur avant de réaliser un de ses projets les plus ambitieux : Open Gate feat. Béla Bartok (album paru en octobre 2011 / Plus Loin) qui parvient à faire se rencontrer le trio Bex-Bearzatti-Goubert et l’Orchestre des Pays de Savoie sous la direction de Franck Tortiller autour d’un hommage à Béla Bartok. Le répertoire met en oeuvre une création d’Emmanuel Bex en trois mouvements ainsi que les Mikrokosmos et Danses Roumaines du compositeur hongrois.
En 2012, Emmanuel Bex enregistre un album consacré au pianiste Bill Evans
B2Bill (à paraître septembre 2013 / Bonsaï Music) avec le pianiste italien Nico Morelli et le rappeur américain Mike Ladd.
En 2013, le label "naïve" propose au groupe mythique
B.F.G. (Emmanuel Bex, Glenn Ferris, Simon Goubert) d'enregister 12 ans après "Here & now". Un CD "Now or never" sortira en octobre 2013. Une tournée est en cours.


• pédagogie

Titulaire du C.A. de jazz, Emmanuel Bex fut professeur au CIM de Paris pendant plusieurs années, et enseigne régulièrement au Centre des Musiques Didier Lockwood de Dammarie-Lès-Lys. Il donne régulièrement des master-classes autour de l’improvisation, de l’histoire du jazz, du jeu collectif ou de l’orgue Hammond.
Il a monté de nombreux projets pédagogiques d’envergure en collaboration avec l’orchestre du CRR Aubervilliers-La Courneuve, de l’Orchestre Capriccio de Caen et de plusieurs chorales réunissant une centaine de chanteurs amateurs.
Il a animé toute une série d’ateliers autour de ses compositions en partenariat avec les Conservatoires de Saint-Maurice et de Charenton et d’ateliers consacrés à l’histoire du jazz pour des classes de CP au CM2 dans le cadre d’une résidence sur le Festival Jazz au Fil de l’Oise.
2012 Musimages est un spectacle pédagogique pour Jeune Public qui raconte la rencontre de la musique et de l’image (Vjing) à travers le cinéma avec François Verly aux percussions et le vidéo joker Philippe Abeilhou.